• Les roses de Gouraya

    Les roses de Gouraya

     

    Et soudain, ce matin, petit bouton de rose,

    Dans le creux de ma main tremblante, on te dépose,

    Corolle encore fermée, paupières mi-closes.

    Subjuguées, toi et moi, nous sommes en osmose ;

    Disons-le Dame Nature a bien fait les choses.

    Cœur débordant de joie, je me sens virtuose.

    Extase du regard, tu te métamorphoses,

    De la pudique églantine au laurier rose,

    De trémière à l’éblouissant diamant en rose,

    Des vents, de sable ou de Jéricho, tu es rose.

    Tu dors dans ma main et légère, tu reposes,

    Innocente des doux baisers que je dépose

    Sur ta joue pâle, comme un  pétale de rose.

     

    Béjar  / Yvette


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :