• Le lac de Grand-Lieu



    GRAND-LIEU

     

    Ami, quelle est cette cloche teintant là-bas ?

    Ne sens-tu pas un frisson parcourir les flots ?

    Du lac monte une plainte qui n’en finit pas,

    N’est-ce pas Herbadilla qui gémit sous l’eau ?

     

    Un frémissement furtif court entre les plates,

    Ce n’est qu’une vive joselle exaspérée.

    Le bal des grenouilles commence une sonate

    Parmi les macres aux nombreux fruits chamarrés.

     

    Les rayons percent l’écharpe d’organdi

    Et finissent leur course sur les grands roseaux,

    Parant de tendres libellules alanguies

    De teintes diaprées, ainsi qu’un fin pinceau.

     

    Un héron cendré, très peu craintif est juché,

    Haut sur ses pattes, sur une yole endormie.

    Deux bosselles attendent, vides, sans brochet,

    Ni anguille, ni carpe, enlisées à demi.

     

    Un vieil aulne dénudé surveille, blasé,

    Cette nature aux manières sibyllines,

    Aux ciels d’or mordorant les grèves envasées

    Et crépuscules à reflets de cornaline.

     

    Saint Martin relèvera-t-il le mauvais sort ?

    En ce cas, Herbauge, l’engloutie, renaîtra,

    Des profondeurs de l’onde, prendra son essor

    Et Nantes, sur ses rives, s’évanouira.

    Béjar/Yvette 


  • Commentaires

    1
    Samedi 25 Octobre 2008 à 16:16
    Très beau et envoûtant.... Bonne après-midi
    2
    Samedi 25 Octobre 2008 à 17:23
    j'aime beaucoup tes vers qui savent donner une âme à Dame nature ...quelle richesse de mots ! j'espère que tout va au mieux pour toi Yvette bon week end tendresse lilie
    3
    Samedi 25 Octobre 2008 à 18:31
    Mais que c'est beau Yvette... tu me rappelles les poèmes de Hérédia! Bonne fin de journée
    4
    Samedi 25 Octobre 2008 à 21:02

    Il m'arrive d'écrire mais moins qu'à une certaine époque, j'ai de moins en moins de temps.

    5
    Samedi 25 Octobre 2008 à 21:04

    On fait aller ma chère Lillie, tu n'as pas à te plaindre question poésie, ce que tu écris est merveilleux.

    6
    Samedi 25 Octobre 2008 à 21:08

    Oui on peut le dire!

    7
    Samedi 25 Octobre 2008 à 21:35
    bonsoir Yvette, Quel allant, quelle douceur de ces mots si bien choisis! Je regrette d'être ignorant en histoire de ta région, mais pourquoi Nantes va s'évanouir lorsque Herbauge renaitra?
    8
    Samedi 25 Octobre 2008 à 23:11
    Comme c'est beau!!!!!! Pardon en ce moment mon passage se fait rare!!Je te souhaite une bonne nuit Yvette!
    9
    Dimanche 26 Octobre 2008 à 10:10
    que ç'est beau...les mots et la photo...ça donne envie de venir s'y perdre dans un lever du jour brumeux... merci... gros bisous...
    10
    Dimanche 26 Octobre 2008 à 13:58
    Magniiiiiiiifique photo Yvette qui agrémente parfaitement ton texte. Jolie composition une fois de plus, Bisous et bon dimanche
    11
    Lundi 27 Octobre 2008 à 09:59

    Il a toujours été dit que Nantes périrait sous les eaux,  car il y avait beaucoup de canaux. Et si la ville d'Herbauges renaît toute l'eau s'écoulera et inondera Nantes qui est proche. Bon c'est ce que j'ai lu et entendu par les anciens, qui ne sont plus hélas. Voilà ce que je sais Majic.

    12
    Lundi 27 Octobre 2008 à 10:02

    Pas de problème Valérie.

    13
    Lundi 27 Octobre 2008 à 10:08

    J'adore ce lac, et sa légende.

    14
    Lundi 27 Octobre 2008 à 13:19

    Merci pour tes compliments ma chère Joëlle.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :