• Galet de la plage


                                                               photo - galets- pierres-France

    Le galet de la plage.

     

    J’ai trouvé dans le fond d’une poche,

    Un galet.

    Un galet plat, lisse, rond.

    Ramassé sans doute sur la route de mon enfance.

    Il dormait bien dans ma poche.

    Il se reposait de ses années de turbulence.

    Mais  il rêvait de ce temps passé

    Sur ses plages, sur ses dunes de coquillages.

    Balloté sans relâche par les courants de l‘oued

    Ou les vagues de la Méditerranée,

    Grondant à cause du roulement.

    Bousculé, maltraité, usé,

    Quand la mer était en colère ;

    Léché, caressé quand elle était calme ;

    Chauffé par le soleil l’été sur la plage.

    Il était lourd de ce passé millénaire.

    Façonné par le temps, minéral éternel,

    Poli par le mouvement perpétuel

    Et souvent désordonné

    De cette eau d’apparence calme

    Mais qui se déchaînait parfois,

    Le rudoyant, le meurtrissant contre les rochers

    Mais aussi le lustrant, le polissant,

    Le rendant si doux, si lisse, si satiné.

    Où sont-ils ces galets de mes jeunes années,

    Petites formes grises, blanches, safranées ou panachées ?

    Les plats qui servaient à faire des ricochets,

    Les ronds et lisses pour jouer à la marelle ?

    Ceux qui nous faisaient trébucher sur la plage,

    Nous réchauffaient et parfois nous brûlaient les pieds ?

    Ils roulaient sous nos pas, toujours ronchonnant,

    Formant avec le bruit du ressac

    Une symphonie terrestre,

    S’enfonçant un peu plus mais renaissant ensuite.

    Galets toujours groupés, en ribambelle

    Semblables mais aussi si différents

     Et  au fond si solitaires.

    On ne les voit pas, on ne les regarde pas.

    Ils nous interpellent pourtant,

    Mais on ne les entend pas.

    J’aimais les toucher, les lisser de mes doigts,

    Les humecter pour leur rendre leur brillant.

    Je ne cherchais pas à connaître leur provenance,

    Mais je leur inventais une  vie.

    Entre l’animal et le végétal,

    Mais en aucun cas le minéral.

    Je les sentais vivre !

    Et en regardant, mon petit galet,  seul, isolé des autres,

    J’ai senti que j’avais un petit morceau d’éternité,

    Au creux de la main.

    Yvette


  • Commentaires

    1
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 17:16
    C'est doux et émouvant. beaucoup de talent de décrire cet instant. Bises. Violette
    2
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 17:35
    C'est bien toi qui a écrit ce poème ? Tu es décidément douée et surtout tu as plusieurs cordes à ton arc. Ces lignes filent et coulent admirablement. Ronrons doux. Rose
    3
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 20:08
    CHALUT YVETTE J'aime beaucoup les galets, les pierres... Bisous béa kimcat
    4
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 21:18

    Merci Violette, c'est sympa

    5
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 21:19

    Voui, voui, voui.

    6
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 21:20

    Moi aussi je trouve que c'est très doux.

    7
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 21:29
    bonsoir Yvette, Que de douce nostalgie!
    8
    Lundi 21 Juillet 2008 à 10:37
    Magnifique Yvette; je vous réserve une petite surprise au sujet des galets... ricky
    9
    Lundi 21 Juillet 2008 à 21:51

    Merci de ta visite Majic

    10
    Lundi 21 Juillet 2008 à 21:57
    J'attends Ricky, j'attends.
    11
    Lundi 21 Juillet 2008 à 21:58
    Hum, que la phrase est belle.
    12
    Lundi 21 Juillet 2008 à 22:15
    Oui effectivement je fais mes courses à Auchan et les œufs Loué y sont ! Comme tu dis, dur dur les commentaires en ces temps de vacances ... Je ne risque pas de passer en mode privilège ! (Il faut plus de 75 de Blog rank pendant une semaine d'affilée ..) Bisous
    13
    Mardi 22 Juillet 2008 à 00:01
    Comme j'ai bien fait de décider que ma soirée finirait chez toi! Quelle magnifique lecture! C'est très beau! Je vais me coucher... Ravie ! Bisous Mouffles
    14
    Mardi 22 Juillet 2008 à 03:39
    belle ode aux galets! elle n'est pas triste leur vie! et j'aime le petit morceau d'éternité! bisous du mardi.
    15
    Mardi 22 Juillet 2008 à 09:41
    c'est vraiment un tres beau texte!!!! bravo Yvette bizzzzzz
    16
    Mardi 22 Juillet 2008 à 10:36
    Ah bon moi je ne savais pas, mais la note m'importe peu.
    17
    Mardi 22 Juillet 2008 à 10:49

    Oh ça c'est sympa.

    18
    Mardi 22 Juillet 2008 à 10:56
    Merci Anick, je vole sur ton blog.
    19
    Mardi 22 Juillet 2008 à 11:00

    Gentil de ta part Véro.

    20
    Mardi 22 Juillet 2008 à 11:38
    Il en fait dire des choses ce petit galet... C'est superbe... J'ai beaucoup aimé... Bonne journée Yvette ! Bisous !
    21
    Mardi 22 Juillet 2008 à 21:27

    Oui tout petit mais si vieux!

    22
    Mercredi 23 Juillet 2008 à 15:32
    Merci Joëlle, c'est sympa, j'aime aussi écrire mais c'est le temps qui manque.
    23
    Vendredi 25 Juillet 2008 à 11:13
    Encore un petit clic pour les animaux. Bises. Violette
    24
    Joëlle
    Lundi 8 Octobre 2012 à 16:07
    Belle prose Yvette, tu manies les mots comme avec tes pinceaux dis donc :-) Bises du soir
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :