•  

     


    1 commentaire
  •  

     


    1 commentaire
  • La Moisson

    Le Verger

     

     

    Jacob Abraham Camille Pissarro, dit Camille Pissarro, né à Saint-Thomas (Îles Vierges) 10 juillet 1830 et mort à Paris le 13 novembre 1903, est un peintre impressionniste puis néo-impressionniste français, père de Lucien Pissarro.

    Connu comme l'un des « pères de l'impressionnisme », il a peint la vie rurale française, en particulier des paysages et des scènes représentant des paysans travaillant dans les champs, mais il est célèbre aussi pour ses scènes de Montmartre. À Paris, il eut entre autres pour élèves Paul Cézanne, Paul Gauguin, Jean Peské, Henri-Martin Lamotte.

    Pissarro est aussi un théoricien de l'anarchie, fréquentant assidument les peintres de la Nouvelle-Athènes qui appartiennent au mouvement anarchiste. Il partage cette position avec Paul Gauguin, avec lequel il aura par la suite des relations tendues.

    La production de Pissarro est inégale. Ses paysages ou ses baigneuses sont parfois marqués d'une certaine mièvrerie, alors qu'il accomplit par ailleurs des œuvres éblouissantes (La Meule, Pontoise, La route d'Ennery). En 1896, le peintre déclarait : «  Nous ne demandons pas mieux que d'être classiques, mais en le trouvant par notre propre sensation, oh! que c'est différent! »

    Sources Wikipédia


    6 commentaires

  • Jean-Baptiste COROT par sab1703


    votre commentaire
  • Il fréquenta l'Académie de Florence et fut, à ses débuts, disciple du puriste Luigi Mussini. Ce n'est que v. 1860 qu'il abandonne le genre historique (Bersaglieri conduisant des prisonniers autrichiens, 1861, Florence, G. A. M.) pour la peinture de plein air, à laquelle il se consacre désormais avec ses amis Borrani, Abbati et Signorini dans la campagne florentine de Piagentina. Il oriente ses recherches vers la nouvelle technique de la " macchia " (tache), dont il devient l'un des plus importants et des plus intransigeants représentants (l'Aumône, 1864 ; la Chanson de l'étourneau, 1867 ; la Visite, 1868, Rome, G. A. M. ; la Tonnelle, 1868, Brera). Ses thèmes préférés sont des scènes de la vie quotidienne, traitées avec des tons sombres et sourds ; après 1870, il exploite une palette plus feutrée et dramatique (la Signora Tommasi, 1882 ; Clementina Bandini et ses filles à Poggio Piano, 1887). Une grande exposition a regroupé son œuvre à Bologne en 1973, révélant notamment la sensibilité et la fraîcheur des pochades et des esquisses de cet artiste.

     Sources: Larousse

     


    votre commentaire
  • Madame de Sennones

    Petite vidéo intéressante! 

    Quand je vis ce tableaux pour la première fois au Musée des Beaux-Arts de Nantes,

    je n'avais que quatorze ans,  je fus subjuguée par la beauté de ce tableau.

     Surtout par le travail sur les tissus, j'avais envie de toucher!

    Quelle douceur

    C'est en 1831, lorsque le Vicomte de Senonnes fut poursuivi par ses créanciers, qu'il envoya le portrait d'Ingres chez son frère le marquis, au château de Sautré, à Feneu. Il y reste de 1831 à 1851. Le deuxième fils du marquis Armand de Senonnes détient le portrait de 1851 à 1852 Il laisse la jouissance de sa fortune à sa femme, née Adélaïde de Bruce. Celle-ci versa 120 francs, et le portrait, au brocanteur Bonnin d'Angers, en échange d'un guéridon. Le Portrait de Madame de Senonnes est découvert par pur hasard chez ce brocanteur (le tableau est découvert sur le trottoir, devant la boutique d'un antiquaire, à Angers)par l'artiste nantais Philibert Doré en 1853 et rejoint le Musée des Beaux-Arts de Nantes. En 1911, le portrait figure à l'exposition Georges Petit à Paris.

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

    Cote-de-Jade.jpg

     

    Un essai de mer en mouvement.

    Un peu difficile à réaliser.

    Moi qui hésitais, j'y ai pris un grand plaisir .

     


    5 commentaires
  •  

     

    Berthe Morisot, Dans le Bois de Boulogne - 1879

     

    Berthe Morisot, Dans le bois de boulogne, 1879

     

     

     

    Basile frédéric fleurs

     

     

    Frédéric Basile: Fleurs

     

    Quelle différence entre ces deux oeuvres.

    La première nous laisse deviner l'environnement,

    L'imagination doit se mettre en marche.

    La deuxième, elle, nous dévoile tout.

    aucun détail n'est oublié.

    Autant de plaisir à regarder l'une comme l'autre.

    Cependant ma nature penche vers le bouquet de fleurs.

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique